Sur la piste rouge | Bloguez.com

Ute Indian Tribe

Added 21/6/2011


Ute,bear dance,Utah,Amérindiens,danse de l'ours

La nation Ute s’était établie dans la région des "quatre coins" à la rencontre des états de l’Utah, du Colorado, du Nouveau Mexique et de l’Arizona, pendant près de 10000 ans. Ils parlaient la langue Shoshone qui fait partie de la même famille de langues que celles des Hopi, Bannock, Comanche, Chemehuevi, Goshute, Paiute, et bien sûr des Shoshones.
L’état de l’Utah a pris leur nom et ils ont enseigné à de nombreuses autres tribus indiennes leur danse sacrée de l’ours. Le grand ours demeure le symbole de la force et de l’unité du peuple Ute aujourd’hui car celui-ci croit encore que son frère ours possède de grands pouvoirs de guérison, une grande connaissance et une capacité à communiquer directement avec le monde des esprits.
La danse Ute de l’Ours est célébrée depuis des siècles, et aujourd’hui encore elle honore le Grand Ours, qui a été créé par Sinawaf, Celui qui est au-dessus pour apprendre au peuple Ute la force, la sagesse et l’art de survivre.
Dans le temps, elle était dansée au premier coup de tonnerre résonnant dans les montagnes et les préparatifs pour ce festival annuel se déroulaient tout au long de l’hiver. Autour des feux de camp rougeoyants, les conteurs racontaient cette ancienne histoire d’ours, et les chanteurs s’exerçaient aux chants pour la célébration à venir qu’ils devaient découvrir dans leurs visions et leurs rêves.
Lorsque arrivait enfin le temps de la Danse de l’Ours, les hommes préparaient méticuleusement la piste de danse, pendant que les femmes décoraient soigneusement leurs vêtements fait de peaux d’animaux. Et après un long hiver glacial, cette glorieuse tradition du printemps pouvait enfin commencer.
Les hommes et les femmes entraient alors solennellement sur la piste de danse portant des panaches de plumes qui représentaient leurs inquiétudes et leurs chagrins du moment. A la fin des quatre jours de danses, ces panaches étaient accrochés à un cèdre à l’entrée est de la piste pour signifier que les danseurs avaient dorénavant laisser leurs problèmes derrière eux et qu’ils commençaient à fêter le renouveau de la vie ramené par le printemps
Durant le fête de quatre jours, les femmes Ute avaient l’opportunité de choisir leur cavalier et cela conduisait souvent à des histoires d’amour et à des mariages.

gif animé,flèche,Amérindiens

Category : Tribus Amérindiennes | Comments (213) | Write a comment |

Dine’tah

Added 19/6/2011


hogan,amerindiens,navajo,dine'tah

L’aurore vive et nouvelle arrive avec le soleil
Qui glisse gentiment sur les montagnes bleuies
Et illumine les chemins et les mesas déchirant le ciel
Ainsi que les plaines immenses et infinies
Qui bougent sous les vents tourbillonnants
Qui s’engouffrent dans les vallées profondes
Où coulent de maigres ruisseaux sur les flancs
De collines d’un autre monde
C’est là que cohabitent ruines et rochers
Dans un entrelacs figé à jamais
Mais d’où montent ces chants guerriers
Qui ravivent les murs effondrés…
Des mines d’or abandonnées
Baillent le long du chemin
La splendeur est partie mais
Le souvenir se transmet au Hogan ancien
La lueur du soleil qui disparaît
Réchauffe encore le creux des vallées
Et colore le ciel de milles teintes
Allant du pourpre au rose léger
La brise du soir rafraîchit le sable brûlé
Elle pousse les nuages vers l’horizon
Là où la terre devient verte et mouillée
Là où l’océan devient maître de la situation

By Cherokee Sage (Traduction)

gif animé,flèche,Amérindiens

Category : Poèmes Amérindiens | Comments (110) | Write a comment |

Brice Canyon (Utah)

Added 17/6/2011


Bryce Canyon,Utah,Païutes,Amerindiens,hoodoos

Le parc national de Bryce Canyon est situé au Sud Ouest de l'Utah aux États-Unis.
L’altération des sédiments calcaires par les différents éléments naturels (eau, vent) a sculpté des monolithes aux formes et aux couleurs les plus diverses, un fantastique spectacle...
Ce travail d'érosion a d'abord créé des murs de roches assez fins. Dans ces murs fragiles, l'érosion a continué son travail de longue haleine pour créer des fenêtres, sortes de petites arches qui se sont ensuite lentement agrandies. Le temps a fini par briser ces arches minces et délicates pour donner naissance à des hautes colonnes (jusqu'à 45 m. de haut), les fameux hoodoos, ce nom dériverait du culte vaudou qui donne à certaines formes naturelles des pouvoirs magiques.  Les Indiens Païutes y voyaient leurs ancêtres.
 
L'apparition de l'Homme à Bryce Canyon remonte au Paléolithique. A la toute fin de cette période préhistorique, des peuplades nomades traversent la région. Mais le climat est très rigoureux, particulièrement en hiver, et aucun de ces peuples ne s'y installera. Aux environs de 7000 ans avant J-C, cette région est toutefois un terrain de chasse de premier choix pour quelques tribus amérindiennes.
Entre 200 et 1200, les Indiens Fremont et Anasazis s'installent ensuite sur ce territoire, principalement sur les plateaux recouverts de prairies et de forêts, terrain idéal pour la chasse et la cueillette. Les archéologues ont pu retrouver de nombreux vestiges de leur occupation, des vestiges de poteries et de mocassins indiquent bien que ces deux cultures sont différentes même si de nombreux objets se ressemblent par ailleurs. Par exemple, les mocassins des Anasazis sont réalisés avec des feuilles tissées de Yuccas tandis que ceux des Fremonts sont réalisés avec des jarrets de cerfs.
Aux alentours de 1200, les Païutes viennent également de manière saisonnière pour la cueillette de pignons de pins et pour y chasser le lapin. C'est d'ailleurs à ces derniers que sont rattachées les légendes concernant les hoodoos.
En 1936, un Païute vivant dans la réserve amérindienne de Kaibab rapporte une des légendes de sa tribu concernant le canyon. Selon ce récit, les Païutes racontaient qu'avant l'arrivée des Amérindiens, un peuple légendaire habitait les lieux. Appelés To-when-an-ung-wa, ces êtres étaient des animaux de forme humaine. Ayant commis de mauvaises actions, ils sont punis par les coyotes qui les transforment tous en rochers. C'est une des interprétations légendaire véhiculée par la culture païute, présentant une explication à la présence sur le pourtour du canyon de rochers de formes et couleurs particulières.
Les tribus amérindiennes riveraines ont donné le nom de Angka-ku-wass-a-wits à ce lieu, ce qui signifie "Figures peintes en rouge".

gif animé,flèche,Amérindiens

Category : Art et Culture | Comments (109) | Write a comment |

| Contact author |