Sur la piste rouge | Bloguez.com

Thunderbird

Added 15/6/2011


thunderbird,oiseau tonnerre,amérindiens

Le soleil est comme un serpent
Qui brûle l'environnement et l'âme
Avec sa langue de flamme
Eprouvant la patience des êtres vivants
Qui recherchent dans la pluie
Le soulagement et la vie
Alors le manque d'eau
Les fait scruter l'azur pour trouver l'oiseau
Qui leur redonnera l'espoir
Pour voir des flashs de lumière
Déchirant l'horizon et l'atmosphère
Annonçant enfin l'orage salvateur
L'oiseau de Tonnerre
Viendra d'un battement d'ailes
Sauver le peuple d'un destin cruel

D'après l'Oeuvre de Karla Dorman (Traduction)

Dans les lieux désertiques de l’Ouest Américain,
la chaleur intense brûlait la nature et les hommes.
Les Indiens s’adressaient souvent au ciel et aux esprits
pour faire venir la pluie...

gif animé,flèche,Amérindiens

Category : Poèmes Amérindiens | Comments (79) | Write a comment |

Wupatki Pueblo Ruins

Added 12/6/2011


Wupatki,Pueblo,site archeologique,Arizona,Sinagua
By Adam Schallau

Le monument national Wupatki est un site archéologique situé au centre-nord de l'Arizona, riche en ruines amérindiennes et administré par le National Park Service conjointement avec le Sunset Crater Volcano National Monument, tout proche.
Les nombreuses maisons éparpillées sur le site ont été construites par les anciennes populations indiennes de la région, en particulier les Sinagua, à partir du XIIe siècle.
Ce peuple vivait essentiellement de maïs et de potirons cultivés sur le terrain aride sans irrigation.
L'agriculture des Sinagua bénéficiait des cendres volcaniques déposées par le Sunset Crater Volcano, qui amélioraient les capacités de rétention d'eau du sol.
En 1182, environ 85% des gens vivaient à " Wupatki Pueblo" et dés 1225, le site fut abandonné de façon permanente. C'était un village (pueblo) composé de 100 pièces avec une salle commune et une cour de bal, ce qui en faisait le plus grand immeuble dans une zone de 80 kms. On a également découvert des structures secondaires incluant notamment deux "kiva". Selon une étude minutieuse des sites archéologiques conduite dans les années 1980, on estime à 2000, le nombre de migrants qui sont venus dans la région au cours du siècle qui a suivi l'éruption.
Les habitations des Sinagua dont la plupart des murs sont encore debout ont été construites avec des pierres rouges plates maintenues par du mortier.
Chaque habitation était édifiée comme une seule construction, parfois avec de nombreuses pièces.
La plus grande habitation sur le site porte le nom "Wupatki Ruin", qui veut dire grande maison  dans la langue Hopi, elle est construite autour d'un affleurement rocheux naturel et a été décrite dans le paragraphe précédent. le site ressemble aux ensembles que l'on peut trouver en Meso-America et dans les ruines de Hohokam dans le sud de l'Arizona. Les autres sites majeurs sont Wukoki et la Citadelle.
Wupatki se dit "Anaasazi Bikin" en Navajo, ce qui veut dire les maisons des ennemis.
Aujourd'hui, Wupatki semble vide et abandonné. Bien qu'il ne soit plus occupé, les Hopi croient que les gens qui ont vécus et sont morts ici sont toujours là comme des gardiens spirituels. Les histoires concernant Wupatki ont été transmises parmi les Hopi, Zuni, Navajo et peut-être d'autres tribus. Les membres des clans Hopi "ours, sable, lézard, serpent à sonnette, eau, neige et Katsina" y retournent périodiquement pour enrichir leur compréhension personnelle de l'histoire de leur clan. Wupatki est un lieu de souvenir et d'attention, il n'est pas abandonné.
gif animé,flèche,Amérindiens
Category : Art et Culture | Comments (88) | Write a comment |

Chaco Canyon

Added 9/6/2011


Great Kiva - Chaco Canyon,native american,sacred ruins

La kiva semble méditer sur elle-même
Sa rondeur invite à l’abandon
Mais aussi à la recherche de l’horizon

Étends-toi petite fille
Regarde le ciel, il semble enfermé
Dans une cheminée infinie, illimitée

Je connais bien cette Kiva, ce lieu sacré
Nous sommes de vieux amis, sous son ciel bleu
Elle m’emmène toujours vers son milieu
 
C’est en cet endroit que je regarde partout
A l’intérieur de moi-même comme à l’extérieur
C’est là que je retrouve le bonheur

Poème sur la visite de la grande Kiva
lieu sacré à Chaco Canyon
Traduction de l'Oeuvre de M. Miriam Herrera



Chaco Canyon est un ensemble de quelque 3 600 sites archéologiques appartenant à la culture anasazi, situé au sud-ouest des États-Unis dans l'État du Nouveau-Mexique. Il connut son apogée du IXe au XIIIe siècle de notre ère et fut un carrefour commercial et une place religieuse importante. Il devint monument national américain en 1907 puis National Historical Park. Aujourd'hui, Chaco Canyon est classé au patrimoine de l'Humanité de l'UNESCO. Il représente le plus important site archéologique précolombien au nord du Mexique. Les Chacoans (les habitants de Chaco Canyon) ont extrait des blocs de grès et ont transporté du bois sur d’importantes distances afin d’aménager quinze complexes de bâtiments qui restèrent les plus imposants d’Amérique du Nord jusqu’au XIXe siècle. Les études en archéoastronomie effectuées sur le site, notamment sur le pétroglyphe de la Fajada Butte, ont permis de mieux saisir le degré de connaissances des Anasazis. De nombreuses constructions sont en effet alignées en fonction des cycles solaire et lunaire, ce qui dénote un certain degré d’avancement de cette civilisation pour les observations astronomiques et l'architecture. Les spécialistes pensent qu’un changement climatique apparu avec une sécheresse en 1130 qui dura 50 ans a provoqué l’émigration des Chacoans et l’abandon de la vallée. Situés dans la région aride et inhospitalière des Four Corners, les sites de Chaco Canyon sont fragilisés par l’érosion et par la fréquentation touristique. Les autorités du parc ont ainsi préféré interdire l’accès de la Fajada Butte au public pour protéger les pétroglyphes. Les actuelles tribus hopis et pueblos considèrent la vallée comme un territoire sacré et perpétuent oralement les récits de leurs ancêtres.

gif animé,flèche,Amérindiens

Category : Art et Culture | Comments (99) | Write a comment |

| Contact author |